Ca veut dire quoi être malade ? #12

   Je suis malade. Oui, c’est un fait, une constatation, une affirmation. Mais savez-vous vraiment ce qui se cache derrière ce mot « malade » ? Qui est réellement malade ? Peut-on être atteint d’une maladie et ne pas être malade ?

Voici ma petite analyse de la chose…

L’idée de cet article m’est venu lorsque je me suis demandée si je pouvais dire que j’étais malade et dans quels cas peut-on vraiment le dire …

Puis je me suis posé la question de la définition même de la maladie

Voici les définitions que l’on peut trouver sur le web ...

Altération de la santé, des fonctions des êtres vivants (animaux et végétaux), en particulier quand la cause est connue (par opposition à syndrome).

Dictionnaire Larousse

Altération de l’état de santé se manifestant par un ensemble de signes et de symptômes perceptibles directement ou non, correspondant à des troubles généraux ou localisés, fonctionnels ou lésionnels, dus à des causes internes ou externes et comportant une évolution

Santé médecine

Une maladie se définit par une altération de l’état de santé. De façon générale le terme maladie désigne un état morbide dont on connaît le plus souvent la cause. Ce terme doit être différencié du terme syndrome qui définit un ensemble de symptômes. Pour de nombreuses personnes les deux termes sont similaires.

Bon, du coup, qu’est-ce qui ressort de toutes ces définitions ?

En gros on peut retenir que la maladie c’est une « altération de l’état de santé », un « état morbide« , dont la cause est connue, contrairement au syndrome, pour lequel on ne peut pas donner de nom à sa maladie. La maladie c’est donc un état qui si il n’est pas traité, peut mener à plus ou moins long terme, à la mort de l’individu (waou c’est trop gai comme sujet ! Et sinon, c’est bientôt Noël :-))

Oui, mais du coup c’est quoi un état de santé ?? Parce que c’est bien beau tout cela, mais si être malade c’est ne pas être en bonne santé, alors c’est quoi la santé ? Et pourquoi dit-on être en bonne ou mauvaise santé ? n’est-ce pas plutôt un pléonasme ? Car si la santé c’est la santé, il n’y a donc pas de bonne ou de mauvaise santé ?

L’OMS (Organisation Mondiale de la santé) nous donne la définition suivante de la santé :

La santé se définit comme un état de bien-être complet, comprenant l’état physique, mental, social, environnemental… Donc la santé n’est pas seulement le fait d’être malade ou d’être atteint d’une infirmité. C’est une notion relative, ressentie par chaque individu. Aucune mesure réelle ne peut mesurer la santé, puisque la santé est le fait de satisfaire tous ses besoins (affectifs, nutritionnels, relationnels, sanitaires…). En médecine, la santé est l’absence de maladie.

Ok, donc la santé, ce serait perso, et surtout, cela relèverait de la notion de bien être. Or, le bien être, nous le savons, il s’agit de quelque chose de très personnel, puisque chaque personne peut connaître une situation de bien être qui ne convienne pas forcément à une autre personne et vice versa.

Donc, il y a autant de santés différentes que de gens ? Hum, ce serait un peu ça…

Mais, vous avez vu que selon le domaine que l’on étudie on ne donnera pas non plus la même définition puisque pour un médecin, je suis malade = je ne suis pas en bonne santé.

Et, est-ce que la santé et le bonheur c’est pareil, puisque nous avons parlé de bien être, on peut se dire que bien être = bonheur ?

Pour le Larousse, voici la définition du Bien être :

État agréable résultant de la satisfaction des besoins du corps et du calme de l’esprit 

Et du bonheur :

Etat de complète satisfaction.

On dirait que c’est un peu la même chose non ?  Sauf, que le bien être c’est « agréable » et que le bonheur c’est « complet« …

Mais on pourrait presque dire que santé = bien être = bonheur !

C’est fou le pouvoir des mots...

Pourtant nous savons bien que même si nous sommes en bonne santé, nous ne sommes pas forcément heureux, et vice versa, des gens malades sont très heureux, et HEUREUSEMENT !!!

 Donc la moralité de cette petite étude c’est qu’il ne faut pas généraliser, et que la maladie en soit ne veut rien dire, puisqu’au final, ce qui va déterminer notre bien être, c’est notre façon de vivre, d’interagir avec les autres, de se faire plaisir, de s’aimer, et d’aimer… bref, plein de petites choses de la vie de tous les jours qui sont essentielles !

Dites moi ce que vous avez pensé de ce petit article, pas trop rébarbatif j’espère !!

Prenez soin de vous !DSC_5407

Merci de votre soutien, vos commentaires me font toujours très chauds au coeur, et je suis toujours très heureuse de les lire et d’y répondre !

 

 

Publicités

18 commentaires sur « Ca veut dire quoi être malade ? #12 »

  1. Très bel article !
    Bien souvent la maladie fait prendre conscience du bonheur.
    Beaucoup de personnes (qui ont été ou sont malades) disent qu’ils ne voient plus les choses de la même façon.
    Prends soin de toi, bisous !

    Aimé par 1 personne

  2. C’est marrant, on a une approche bien différente, et pourtant qui se rapproche. Je deteste « être malade » et je l’ai renié mille fois. Et pourtant, je le suis . C’est conflictuel, parce que le diabète c’est si sournois, que tu n’as pas vraiment « d’altération » et surtout pas « morbide ». Cela plane au dessus de la maladie, mais voilà ça dépend de son bien être ressenti, et son « être bien » dans nos baskets … J’ai changé ma vision d’être « malade », il y a peu. Et comme tu l’écris si bien, il faut prendre soin de soi. Et effectivement : santé = bien être = bonheur . Puis le bonheur ne se résume pas à être malade ou ne pas être malade, mais juste à voir au delà de la maladie pour vivre tout simplement…
    Merci pour ce si joli article.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Celine pour ton commentaire qui constitue une belle suite à mon article ! C’est vrai que le diabete est sournois, c’est ce qui rend la maladie difficile ! Mais comme tu le dis avec des mots très justes, il faut reussir à aller au delà !
      Merci pour ce bel écho ! Et bravo pour ton évolution !!

      J'aime

  3. Euh! Tu m’as fais bien réfléchir de bon matin (je me réveille). J’associe la maladie à des symptomes perso. Après, comme tu le dis, on peut avoir des symptôme et être heureux (et inversement). Et je trouve que les personnes qui ont des maladies sur le long terme (comme le diabète ou tout autre chose) apprécient plsu la vie que les autres. A se demander s’il faudrait que les plus gros « co**ar* » du monde devrait tomber malade pour arrêter de se plaindre.
    Bref, super article qui active toujours autant les neurones.
    Bonne journée!

    Aimé par 1 personne

    1. 😀 comme d’habitude ton commentaire m’a fait rire, j’aime que tu dises exactement ce que tu penses, c’est… rafraîchisant 😀 Oui c’est vrai que les symptômes ça nous aide à déceler et àvoir la maladie au quotidien et puis a la combattre ! C’est vrai que ca fait énormément relativiser !!

      Aimé par 1 personne

  4. Il est super intéressant ton article ! Moi qui me suis chopée une sale crève ce weekend je me dis malade, mais en zappant sur le téléthon je me suis vite dit que non, se moucher 10 fois dans la journée et avoir la gorge qui pique ce n’est pas être malade. Je pense que c’est avant tout une question de degrés et de perception. Pour moi qui suis en bonne santé, un rhume c’est être malade, pour d’autres ce n’est qu’un petit coup de mou, voire un petit détail.

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou ! Merci beaucoup !! Ton commentaire est supet intéressant, tu as tout à fait raison, c’est vraiment quelque chose de relatif finalement !

      J'aime

  5. Bel article. En général, c’est en étant malade que l’on se rend compte de ce qu’on peut avoir dans la vie, du bien être et du bonheur ! Après être malade est relatif, on peut l’être légèrement comme gravement, mais il faut traiter les deux autant que possible pour ne pas trop altérer sa santé 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Aleth, merci beaucoup pour ton commentaire !!! La maladie aide à faire la part des choses c’est vrai !! 🙂 mais c’est vrai aussi que suivre son traitement est essentiel et pour cela il faut savoir accepter quz l’on a besoin de se soigner !

      Aimé par 1 personne

  6. waaah c’est une thèse en philosophie que tu aurais du faire ^^ et tout est expliqué clairement comme d’habitude. Je pense également que la maladie permet d’avoir un autre point de vue sur la vie, les choses qui paraissent trop compliquées le deviennent bien moins, d’autres peuvent devenir plus vitales…et si j’ai bien compris c’est propre à chacun 😉

    Aimé par 1 personne

  7. Très bon article sur un sujet très intéressant pour un diabétique insulino-dépendant.
    Pour ce qui est du DID, J’ai toujours considéré que la perte de notre insuline était plus une carence (une sorte d’amputation) et que l’injection de l’insuline était une sorte de prothèse, du moins une compensation de cette carence, et non un médicament. Du coup, je ne me sens pas « malade », malgré les controles de la glycémie et les contraintes du quotidien.
    Voila, j’espère que cela aura « alimenté » ta réflexion. Normalement cet « aliment » ne fait pas monter la glycémie :-))

    Aimé par 1 personne

  8. Merci pour ton commentaire très intéressant, j’ai un peu la même vision que toi du diabète et j’aime ta comparaison avec une sorte de prothèse !
    Haha ^^ non ça va, on peut le consommer sans modération !
    Bises !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s