Qu’est-ce que l’hypothyroïdie ? #5

      Aujourd’hui je reviens pour vous parler de l’hypothyroïdie. Cette maladie au nom bizarre que j’évoque dans mes articles, et source de bon nombre de maux ^^.

L’hypothyroïdie comme son nom l’indique, c’est une sécrétion trop faible (hypo) d’hormones thyroïdiennes (thyroïdie).

hypothyroïdie

Alors déjà, c’est quoi la thyroïde ?

C’est une glande qui se trouve à la base du cou; elle a une forme de papillon dont chaque aile serait situé d’un côté de votre cou. En temps normal, on ne peut pas la sentir, ou juste la deviner. Mais lorsque l’on souffre d’hypothyroïdie, la thyroïde enfle et forme un renflement à la base du cou (hyper sexy !!).

DSC_6366

Que fait-elle ?

La thyroïde synthétise des hormones thyroïdiennes appelées T3 et T4 dont le taux est régulé par une hormone appelée la TSH. Contrairement à ce que l’on peut croire, la TSH n’est pas sécrétée par la thyroïde mais par l’hypophyse. C’est cette TSH que l’on dose par une prise de sang lorsque l’on soupçonne que le patient souffre d’une dérégulation de la thyroïde.

En cas d’hypothyroïdie, la TSH est haute car les T3 et T4 sont basses. En effet, la TSH va être sécrétée pour stimuler la production de T3 et T4.

A quoi servent les hormones thyroïdiennes ?

C’est là que le bat blesse, car les hormones thyroïdiennes jouent d’innombrables rôles au sein de l’organisme… Elles vont ainsi réguler la température du corps, l’humeur, l‘énergie musculaire, le métabolisme de base, la transformation des glucides, (que l’on me dise encore après qu’il n’y a aucun rapport avec le diabète !!!) lipides, le système nerveux….

Quels sont les symptômes d’une hypothyroïdie ?

D’après les différents rôles des hormones thyroïdiennes que je viens de vous décrire, il est facile de deviner les symptômes permettant de détecter une hypothyoïdie : sensation de froid, perte d’appétit, fatigue générale et musculaire, perte de mémoire, règles irrégulières, dépression, augmentation des glycémies (bon à savoir pour un diabétique même si un médecin ne vous dira jamais que c’est le cas), prise de poids, humeur changeante… Il en existe des dizaines et des dizaines !

Quelles sont les causes de l’hypothyroïdie ?

L’hypothroïdie peut être une maladie auto immune liée à la production d’anticorps dirigés contre la thyroïde qui vont la détruire progressivement (chouette). En gros, la thyroïde se rebelle et fabrique des petits soldats (anticorps) qui vont attaquer la thyroïde alors que celle-ci n’a rien demandé. C’est le cas de toutes les maladies auto immunes et on ne connaît pas l’origine de ce phénomène. Mais on a observé que lorsque l’on avait une maladie auto immune (comme le diabète), on était plus susceptible d’avoir d’autres maladies auto immunes (trop cool !). Et oui, le système immunitaire se rebelle et va attaquer à plusieurs endroits !

Le stress, un choc émotionnel pourraient favoriser cette réaction, donc les gens, détendez vous et tout ira bien ! ^^

Sinon, l’hypothyroïdie peut survenir suite à une opération chirurgicale ou un traitement qui va réduire le fonctionnement de la thyroïde.

Quel traitement ?

Le Levothyrox vous dira votre médecin ! Si vous avez de la chance, il vous fera même  un petit schéma pour vous expliquer comment ça marche mais dans la plupart des cas il ne se donnera pas cette peine, il vous  tendra juste une ordonnance avec une prescription de Levothyrox.

DSC_6359

C’est quoi le Levothyrox ?

C’est justement cette hormone T4 dont je vous parlais plus haut (là je vais savoir si vous avez bien lu jusqu’ici)! Elle s’appelle la thyroxine. Donc pour compenser les taux bas de T4, on prend un comprimé par jour de cette hormone.

Pas aussi simple que ça en a l’air…

Ce que l’on oublie souvent de dire aux patients c’est que l’hypothyroïdie c’est pas juste la T4 qui manque et tout va bien quand on prend son traitement. NON. c’est BEAUCOUP plus compliqué que ça. Déjà, pour stabiliser la thyroïde, il faut UN AN environ. Mais pour certaines personnes ça peut être beaucoup plus long. En gros ça veut dire que pendant quelques années, vous allez continuer à ressentir les symptômes de la fatigue, dépression, ect ect !

En effet, le traitement va agir par palier.

DSC_6356

Exemple de scénario

Vous allez prendre votre Levothyrox à 25 microgramme pour commencer, pendant deux mois. Puis au bout de deux mois, vous allez faire une prise de sang. Là, vous verrez que c’est pire qu’avant, votre TSH a encore monté ! C’est normal, 25 microgrammes ça n’a quasiment aucun effet sur la thyroïde. Ensuite, on va vous faire monter à 50 microgramme pendant deux mois. Et là vous allez commencer à sentir des changements, la fatigue diminue vous vous sentez mieux. La prise de sang est bonne, tout va bien. Seulement quelques jours plus tard tous les symptômes reviennent ! C’est normal, votre thyroïde s’habitue et elle devient paresseuse, elle diminue le peu de sécrétion d’hormones qu’elle faisait encore, donc il vous faut à nouveau augmenter la dose. Seulement voilà, deux mois après, c’est le contraire, vous êtes en hyperthyroïdie et ce n’est pas mieux que l’hypo je vous assure (c’est facile ce sont les symptômes contraires) ! Le seul point positif c’est que vous arrivez enfin à perdre du poids (ou pas).

Bref tout ça pour vous dire que c’est un travail de longue haleine et ça les médecins l’oublient bien souvent.

La règle d’or : les symptômes du patient sont TOUJOURS plus important que les chiffres de la prise de sang. Si votre médecin vous dis le contraire, changez de médecin.

Voilà un petit condensé de ce que je sais sur l’hypothyroïdie, mais je suis encore novice car cela ne fais que 6 mois que je suis hypothyroïdienne. Si vous constatez des erreurs n’hésitez pas à me le signaler !

Connaissiez-vous l’hypothyroïdie ? Et mon article vous a -t-il aidé à y voir plus clair ?

Publicités

21 commentaires sur « Qu’est-ce que l’hypothyroïdie ? #5 »

    1. Coucou Carole ! Merci pour ton petit mot ! Oui ca fait raler, car dans l’hypothyroidie rien n’est jamais acquis ! Mais c’est la vie et puis si on est bien suivie pas de soucis !

      Aimé par 1 personne

  1. Bonjour Diane,
    Je connais la maladie puisque j’ai été diagnostiquée début 2003. J’ai une thyroïdite d’Hashimoto avec anticorps anti TPO très élevés et TSH à 9 (en 2003). J’ai connu les symptômes que tu décris et il a fallu du temps pour arriver à trouver le bon dosage du traitement. Je suis arrivée à 112,5 microgrammes de Lévothyrox.
    Il faut savoir que la grande majorité des médecins considèrent que l’hypothyroïdie est une maladie bénigne puisqu’un comprimé de Lévothyrox règle le problème. Ils se contentent de prescrire le dosage sanguin de la TSH (hormone de l’hypophyse) et se base uniquement sur elle pour ajuster le traitement.
    Le taux de FT4 (ou T4L, hormone thyroïdienne libre) est demandé par le médecin au début, durant 1 ou 2 ans, puis seule la TSH est prescrite. Le ressenti (symptômes) n’est pas souvent pris en compte, malheureusement.
    En fait, la thyroïde produit plusieurs hormones, les deux principales sont les T4 (4 atomes d’iode) et T3 (3 atomes d’iode). Seule une petite part de T3 est produite par la thyroïde, la majorité de la T3 provient de la conversion de la T4 en T3 qui se fait dans divers organes (dont le foie).
    Le Lévothyrox apporte uniquement de la T4 pour compenser l’insuffisance de la production de notre thyroïde.
    En ne faisant doser que la TSH pour le suivi d’un patient hypothyroïdien et en ne se souciant pas de son ressenti, le médecin risque de le laisser en hypothyroïdie.
    Ceci pour plusieurs raisons :
    – La TSH, hormone hypophysaire, est censée refléter ce qui se passe au niveau de la thyroïde : une TSH haute reflète un niveau trop bas d’hormones thyroïdiennes (hypothyroïdie), et inversement, une TSH trop basse reflète un excès d’hormones thyroïdiennes (hyperthyroïdie). Mais ça, c’est lorsque tout se passe correctement.
    Il peut y avoir un souci côté hypophyse mais même si ce n’est pas le cas, il arrive que la TSH ne soit pas fiable. On peut avoir une TSH tout à fait correcte sous Lévothyrox mais une T4 qui reste basse, même si elle est dans l’intervalle de référence du labo. Il faut donc bien faire attention au ressenti du patient, et s’il souffre de symptômes d’hypothyroïdie, il conviendrait d’augmenter légèrement son traitement pour voir s’il se sent mieux.
    Mais si le médecin se contente de dire « tout est dans la norme » (TSH ou TSH et FT4) alors que la FT4 est basse dans la norme, le patient restera avec ses symptômes jusqu’à ce que la TSH monte au-dessus du maximum de la norme.
    – Très rares sont les médecins qui font doser la FT3 (= T3 libre ou T3L) chez un patient hypothyroïdien. Pour eux, ça ne sert à rien !
    Le Lévothyrox nous apporte de la T4, celle-ci se convertit en T3. Donc nous avons tout ce qu’il nous faut… inutile de doser la T3.
    La T3 est l’hormone active, celle qui agit sur notre organisme. La T4 est une pro-hormone qui se transforme en T3 au fur et à mesure de nos besoins.
    Est-il possible d’avoir suffisamment de T4 mais une T3 insuffisante ? Malheureusement la réponse est oui.
    Je connais personnellement ce problème puisque ça m’est arrivé.
    Après 10 ans de Lévothyrox, comme je me sentais fatiguée, dépressive, avec difficultés de concentration et de mémoire, j’ai demandé à mon labo de doser les FT4 et FT3 (mon médecin ne marquait que la TSH sur son ordonnance depuis des années, pour le contrôle une ou deux fois l’an). Et là j’ai découvert que malgré des taux de TSH et FT4 tout à fait corrects, mon taux de FT3 était sous le minimum de la norme.
    Mais mon médecin n’a pas voulu considérer ce résultat, il n’a tenu compte que de ma TSH.
    Depuis j’ai trouvé un médecin (mais pas près de chez moi malheureusement) qui m’a prescrit un autre traitement contenant les deux hormones T4 et T3. Et je me sens mieux avec ce traitement. Rares sont les médecins qui prescrivent ce type de traitement car il fait beaucoup baisser la TSH, celle-ci peut être supprimée (proche de zéro) chez certains patients. Et comme les médecins ont appris à ne se fier qu’à la TSH, ils ne prescrivent pas de traitement contenant de la T3, ou parfois s’ils acceptent d’en prescrire, ils reviennent au Lévothyrox dès qu’ils constatent une TSH trop basse, synonyme d’hyperthyroïdie.
    En fait, il faut tenir compte des taux de FT4 et FT3 lorsqu’on prend un tel traitement (combinant T4 et T3) pour le doser, en veillant que ces taux restent dans les normes, même si la TSH reste très basse.

    Voilà mon témoignage. J’espère qu’il pourra aider d’autres personnes qui ont cette maladie.
    Bon courage.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Josiane, merci beaucoup pour ton temoignagne tres enrichissant et tres constructif. Je suis totalement d’accord avec toi, les medecins ne devraient jamais se fier uniquement au dosage de la tsh mais malheureusement, j’ai une amie en medecine qui m’a fait lire un de ces livres d’endocrinologie et sur la page hypothyroidie il etait ecrit dans un encadré en gros :  » il est inutile de doser la T4et T3, dans la majorite des cas seule la tsh suffit. De plus le dosage est de la T4et T3 est plus onéreux. Les medecins se contentent donc d’appliquer ce qu’ils ont appris et rare sont ceux qui pensent en terme de sympyomes et pas en terme de chiffres. Je suis heureuse que tu aies trouvė un medecin qui te convienne, et je te souhaite bon courage dans cette maladie donc on sait qu’elle est bien plus compliqué que ce qu’on veut nous faire croire…!

      J'aime

    2. Voici un commentaire qui me rassure et me redonne un peu d’espoir ! J’ai actuellement le même problème, une TSH dans la norme labo mais une FT4 dans en bas de l’échelle.. Du coup, je suis épuisée, incapable de me concentrer et de me souvenir de beaucoup de choses. Mais bien sûr le médecin ne fait pas le lien, jugeant les taux sont « parfaits » puisqu’ils remplissent les conditions sur le papier. Merci à Diane pour cet article très intéressant et à Josiane de me permettre d’espérer à nouveau que ma situation puisse s’améliorer. Il est simplement dommage que le combat avec les médecins soit presque aussi ardu que celui qu’on peut mener contre certains symptômes de hypothyroïdie..

      Aimé par 1 personne

      1. Chère Emilie, merci pour ton témoignage, je suis tout à fait d’accord avec toi sur le combat que l’on doit mener… J’espère que les choses vont évoluer pour toi, et que tu trouvera un médecin à ton écoute et pas à celle des chiffres de la prise de sang. Courage !

        J'aime

  2. Merci pour cet article instructif. Je préférerai que tu n’aies pas à l’écrire car cela signifierait que tu n’en souffres pas mais j’ai beaucoup appris, merci !

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou ! Je suis tres contente d’avoir pu t’eclairer la dessus, malheureusement je trouve Qu’on en parle pas assez alors que de nombreuses personnes en souffrent ! 😉

      J'aime

  3. Merci pour toutes ces explications, c’est très clair. On a des problèmes de thyroïde dans la famille, ma mère prend du levothyrox et je suis presque sûre d’y passer quand je serai plus âgée 😦 Comme tout le monde, elle a beaucoup de mal à trouver le bon dosage. Ton article m’aide à comprendre un peu mieux tout ça.
    En tout cas j’aime beaucoup ta démarche sur ce blog, tes choix d’articles. C’est agréable ET enrichissant 🙂

    J'aime

  4. Oh merci beaucoup Elise, ton commentaire me touche beaucoup… J’espère que ta thyroïde et toi seront préservées, après, c’est une maladie qui se soigne très bien, mais si cela prend un peu de temps ! Courage à ta famille et à ta mère ! 😉 Merci pour ton avis sur mon blog, ça me fait extrêmement plaisir que tu aies aussi bien compris ma démarche !

    J'aime

  5. Bonjour,
    Je suis nee il y a plus de 36 ans, c’est aussi mes annees de fidelite au Levothyrox. Car c’est a vie, je suis nee sans aucune trace de glande thyroide. Diagnostiqiee et traitee tres tot, je vis tres bien malgre des problemes hormonaux inherents mais aussi traites tres correctement. J’ en suis a 125-150 microgrammes par jour. moi aussi, je me suis mise cette annee au running meme si je destestais les sports car pas douee du tout. Alors courage ma belle, car la vie est belle !

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Julie, oh merci beaucoup de m’avoir raconté ton histoire… Bravo pour ces 36 ans de Levothyrox, et de t’être mise au running !!
      Plein de bisous !

      J'aime

  6. C’est assez dur à diagnostiquer quand même. Parce que bon, on est fatiguée, ça arrive à tout le monde… on est des sautes d’humeurs, c’est peut être le cycle menstruel, je perds mes cheveux, normal, ça arrive à tout monde.
    Mon hypothyroïdie a été soupçonné par la médecine du travail, lors de ma première visite quand je suis rentrée dans le monde du travail, le médecin trouvait que j’avais une goitre et m’a fait boire un verre d’eau pour confirmer ça. Sinon je pense que je ne l’aurais jamais su.

    Aimé par 1 personne

  7. Oui je suis tout à fait d’accord avec toi, les symptômes ressemblent énormément aux syndromes pré menstruels et beaucoup de femmes se font avoir en pensant qu’elles sont enceintes ! Et moi même j’ai toujours trouvé une bonne excuse à ma fatigue !
    Merci beaucoup pour ton témoignage !
    Bisous !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s