Bivouac en Chartreuse – 2015 (1) #3

     Aujourd’hui on se retrouve pour le premier épisode du récit de mon bivouac en Chartreuse. Comme je vous l’ai signale ici, je suis partie dans l’optique de passer 5 jours en autonomie totale avec mon mari dans le parc de la Chartreuse. J’ai écris  » dans l’optique » car finalement rien ne s’est passé comme prévu … (Wah le suspense de malade !!!)

Dimanche 2 Août – préparation des sacs et vérification de l’itinéraire

     Je suis la reine des check list, du coup je prend mon calepin et je fais plein de check list de tout (check list pour les vêtements, check list pour la bouffe, check list de survie, check list de check list…). Après avoir rassemblé toutes les affaires, on se rend compte qu’on est quand même pas mal chargés surtout LUI et ses 4 boîtes de conserve, la tente, ect ! 🙂 Mais no problem qu’il me dit, il a eu des sacs plus lourds ! Moi je n’arrive même pas à soulever le sien…!  Du coup on le pèse sur la wii fit et il fait quand même autour de 25 kilos 🙂

Ensuite c’est dodo et on est prié de bien dormir car demain lever à 7h.

Lundi 3 Août – premier jour et avant dernier ^^

     On se lève tout excités, on prend un bon petit déjeuner parce qu’on se dit que c’est la dernière fois qu’on peut prendre lui son café et moi mon pain grillé. Du coup on prend tellement notre temps qu’on fini par être en retard et on file prendre le train, armé de nos sacs et de l’appareil photo qu’on a bien failli oublier !

Dans le train, on prend 4 places, et on regarde le paysage défiler jusqu’à Voiron où là c’est pause pipi parce que c’est les derniers toilettes avant la pleine nature 🙂

départ

Arrivés à Grenoble, je prend le temps de bien fixer mon sac, (un nombre impressionnant de sangles, la sac ne risque pas de prendre la poudre d’escampette). Nous arrivons aux pieds de la Bastille, qui nous paraît immense et le sommet bien loin !

BastilleC’est parti pour la montée ! Des escaliers à perte de vue ! Des petits coins ombragés avec quelques bancs, et après quelques centaines de mètre, une vue à couper le souffle ! C’est un vrai labyrinthe, des sentiers se croisent, des tunnels, des chemins creusés dans la roche, et toujours cette vue magnifique !

On continue de monter, monter, monter… Mon mari commence à avoir du mal car ses genoux le font souffrir, je l’encourage dans les derniers mètres. Enfin, nous apercevons le sommet qui se dessine au dessus de nos têtes essouflées et suantes

Je compte les dernières marches qui nous séparent de l’arrivée, et je crie victoire lorsque nous arrivons en haut !

Arrivée à Bastille

A nos pieds, la ville de Grenoble s’étale, ses grands boulevards se dessinent, les voitures ne sont que des points minuscules. Au loin, les montagnes aux contours bleu azur, et le soleil qui est éclatant.

GrenoblegrenobleNous pouvons enfin enlever nos sacs de nos épaules endolories, et souffler.Une brise rafraichissante vient caresser nos visages rougis par l’effort, et l’ombre qui se fait rare nous permet de reposer nos yeux.

sacs de randonnée

Il me semble que nous avons fait cette montée en un temps record, peut être trop vite, ce qui va nous jouer des tours par la suite…

Après ce repos, je consulte ma glycémie comme j’aime dire, qui est dans les clous. J’ai eu soin auparavant de baisser mon débit d’insuline basal ce qui me permet d’affronter sans crainte la suite de la randonnée.

Nous consultons la carte, et nous prenons la direction du col de Vence qui nous attend un peu plus loin. Mais avant, nous faisons quelques kilomètres le long du sentier large et balisé du GR9 le long des rochers surplombant la ville.Le sac me cisaille les épaules et les hanches mais je n’en souffre pas trop pour le moment. Mon mari par contre a de plus en plus mal aux genoux et nous faisons quelques pauses en bord de route.

Nous redescendons Bastille le long d’un sentier boisé assez agréable où nous croisons quelques promeneurs. Arrivés en bas, nous trouvons une fontaine permettant de nous désaltérer sans piocher dans nos précieuses gourdes. Nous ne pensons pas à les remplir, pressés de repartir car nous savons, que la prochaine étape et pas des moindre, sera un col : le col de Vence.

Aux pieds du Col, nous décidons de faire une pause déjeuner, à l’orée du bois, et au milieu des feuilles, ce qui n’est pas un endroit très conseillés puisqu’infesté de tiques comme nous avons pu le constater par la suite. Mais mon mari a besoin de reprendre des forces et moi aussi, avant d’attaquer la montée du col qui s’annonce rude.

Voici donc notre premier repas de randonneur, que nous inaugurons avec une splendide conserve de raviolis ce qui permettra d’alléger le sac de mon mari par la même occasion.

déjeuner Quelques babybels, une pomme pot chacun et nous sommes repartis ! Mon mari bien fatigué se lance courageusement dans la montée mais doit aussitôt s’arrêter quelques mètres plus tard car ses genoux commencent à enfler et le font terriblement souffrir. Puis, après une courte pause, nous repartons, plus lentement.

Au détour d’un chemin, un étrange lézard vient divertir l’esprit de mon mari et lui faire oublier sa douleur quelques instants.

lézard

Le sentier est agréable pour moi qui ne souffre pas, malgré la montée raide, je prend plaisir à marcher entourée des arbres aux ombres bienvenues.

col de ValenceUne toile d’araignée, bien difficile à prendre en photo, au milieu de cette forêt lumineuse…

toile d'araignée

Mon mari a de plus en plus de mal et songe à abandonner, la douleur de ses genoux devenant insupportable. Je l’encourage comme je peux, l’aider dans les moments le plus difficiles. Puis, nous faisons une pause et nous interrogeons sur la suite de la randonnée. Il est clair que mon mari ne peut plus marcher, mais il nous reste encore bien du chemin avant le sommet du col. La question est donc  si nous devons finir la montée malgré la souffrance de mon mari, ou abandonner et faire demi tour …

Publicités

14 commentaires sur « Bivouac en Chartreuse – 2015 (1) #3 »

  1. Très jolies photos ! J’attends la suite aussi 😉
    C’est cool que tu parles de sujets différents parce que je n’aurais jamais été sur un blog de rando, et là comme je suis abonnée au tien je découvre 🙂
    Tu m’as tuée avec la check-list de check-list xD

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s